Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Welcome to my den, hope to get your feedback. Thanks

L'effet Streisand ou le refus de parler du 3e Macky-mandat

L'effet Streisand ou le refus de parler du 3e Macky-mandat

        🔦🔦💡💡🔦🔦
 
En marge du traditionnel discours à la Nation, le Président du Sénégal Macky Sall, abordant la question d’un troisième mandat, a préféré entretenir le flou, indiquant que sa « réponse ne sera *ni Oui, ni Non ».
 
Ce refus de répondre est caractéristique d'une mauvaise foi notoire et anti-républicaine.
 
Comme le prouve ses propos : " si je dis non au 3e mandat, mon parti va imploser et personne ne travaillera plus.
 
Est une raison d'entretenir le flou ? 
 
D'autre part, l'attitude muette du Président Sall sur le 3e mandat révèle en filigrane son manque de sincérité républicaine par rapport au peuple pour sa PAROLE DONNÉE, et par rapport au *Respect de la Constitution de 2016* même si elle a été partiellement révisée.
 
 Est-ce une raison de mettre tout le pays dans le brouillard ?
 
Depuis lors, le Président Sall entretient le flou sur ses intentions, alors que les avis divergent sur sa légitimité à se représenter et que l'opposition promet une résistance farouche s'il franchit le pas.
 
 *Que dit la Constitution ? 
 
La Constitution stipule dans son article 27 qu'un président ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs.
 
 N'est-ce pas claire ? 
 
Oui pour le Président et Non pour les autres.
 
Pourtant, le Président était clair sur son impossibilité à se représenter pour un 3ème mandat jusqu'à cette claire-obscure réponse : « Ma réponse ne sera ni Oui, ni Non ». Quelle Ni-Ni honteuse !
 
Non seulement, il s'en suit un refus catégorie de trancher la question, mais il ordonne à ces partisans de ne pas en parler sous peine de sanction.
 
Par conséquent, le mot d'ordre est  silence bouche cousue !" Hush
 
Voulant in fine faire taire tout le monde sur cette question du 3e mandat, cette anticatastase déclenche en revanche le résultat inverse voire l'effet pervers de son désir fantasmagorique.
 
Nonobstant son refus d'en parler et son interdiction d'en discourir sur le 3e mandat, le président Sall finit par créer l'effet Streisand. En d'autres termes, en voulant coûte que coûte censurer ou éviter la question du 3e mandat, le comportement dissimulateur du président Sall provoque un rejet de l'opinion publique ou une mise en lumière de cette information qu'il désirait minimiser.
 
Cependant, la dimension médiatique de l’affaire produit l’effet inverse.
 
 Pourquoi éviter une question qui peut faire l'objet d'instabilité dans le pays ? 
 
Faut-il le rappeler, il est naturel de vouloir la préserver la stabilité du pays.
 
Néanmoins, il ne faut surtout pas tenter d'escamoter ou d'obvier ce type de sujet.
 
L'effet Streisand que le Président Sall a créé, est ce qu'on pourrait appeler l'effet boomerang des tentatives de censure médiatique. En termes de stratégie communicationnelle, on peut dire qu'il s'est fait une mauvaise publicité involontaire, car sa première communication relatait qu'il ne fera pas de 3e mandat, puis son refus de répondre à la question attirent la curiosité et suscitent la médiatisation du 3e mandat même s'il a essayé de l'interdire.
 
Le volte-face immorale et rocambolesque du Président Sall fait le chou gras de la Une des moteurs de recherche sur Internet et des réseaux sociaux à tel point qu'il s'engage dans une lutte perdue d'avance contre les *Kacci Kacci* auxquels il avait loué une importance capitale.
 
 N'est-ce pas encore un signe de contradiction chez le personae de Macky Sall?
 
Toute personne qui use les réseaux sociaux à sa défaveur est soit emprisonnée soit harcelée.
 
 Mafia Kacci kacci mounéko keucétt si mbam bi
 
 Partagé Emoji😆 mou teuth si mbam bi.
 
 Ba kasso yi dou fess ! Heureusement, les bracelets électroniques arrivent pour désemplir les prisons. Qu'ils en fassent un bon usage !
 
Faut-il le souligner, la censure existe sur internet et elle n'est pas seulement le fait de régimes dictatoriaux. Les Etats tendent à avoir de plus en plus recours à des outils juridiques antidémocratiques pour censurer internet.
 
En revanche ici il serait difficile d'engager cette lutte contre les réseaux sociaux___ difficultés que le Président Sall ainsi que ses séides et marron-du-feu savent très bien. C'est pourquoi ils recourent à d'autres méthodes, telle qu'interpréter à leur guise la Constitution avec des pyrotechnies diamétralement opposés à la pensée originelle de Macky Sall.
 
Par l'entremise du cas de l'ex-Président Abdoulaye Wade, certains avocaillons du futur Wax Waxet-kät bi, utilise de façon rhétorique l'anticatastase pour comparer ou décrire, par ironie ou par euphémisme, la situation de 2011 qui est totalement antithétique à la situation de 2024.
 
 Est-ce que cette stratégie de communication est percutante ? 
 
Pas toujours, car cette stratégie se voit opposée par la parole même du pseudo-stratège qui a fini par s'abâtardir et mélanger les pinceaux pour se perdre dans les labyrinthes abyssaux de la morale et du juridisme politico-politicien, qui dans la grande partie du du temps, a déstabilisé certains pays.
 
Souvent vu comme un générateur d’instabilité dans les pays du continent africain, la problématique du troisième mandat présidentiel est une question récurrente voire un talon d'Achille dans quelques coins de la Terre.
 
A quand le respect de la Constitution chers juges constitutionnels ? Je dis bien la CONSTITUTION, l'ensemble des textes juridiques qui définit les institutions de l'État et organise leurs relations.
 
A force de manquer de respect à la Constitution, le peuple se mettra debout un jour car l'opinion publique est souvent une force politique, et cette force n'est prévue par aucune constitution.
 
 Une Constitution qui laisse place à la fourberie et au mensonge, n'est pas digne d'une république.
 

💡💡💡ARD💡💡💡

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article